Conduites addictives et crimes

Volume 40, no 1 (Printemps 2007)

Table des matières

  • Mohamed Ben Amar : Les psychotropes criminogènes
  • Barbara Wegrzycka : Le prix d’une passion : la carrière du joueur compulsif
  • Frank Vitaro, Brigitte Wanner, René Carbonneau
    et Richard E. Tremblay : La pratique des jeux de hasard et d’argent, les comportements délinquants et la consommation problématique de substances psychotropes : une perspective développementale
  • Joël Tremblay, Natacha Brunelle et Nadine Blanchette-Marti : Portrait des activités délinquantes et de l’usage de substances psychoactives chez des jeunes consultant un centre de réadaptation pour personnes alcooliques et toxicomanes
  • Chantal Plourde, Serge Brochu, Amélie Couvrette et Annie Gendron : Points de vue de femmes incarcérées dans des établissements fédéraux concernant les impacts du contexte carcéral sur leur trajectoire de consommation de drogues
  • Line Beauchesne : Une légalisation des drogues inscrite en promotion de la santé : les conditions

L’addiction se définit par l’envie irrépressible de consommer un produit, de pratiquer une activité, de fréquenter une personne…

Malheureusement, la satisfaction apportée par cette conduite est bien éphémère, et progressivement s’installe alors un besoin de répétition. Cette répétition est fort onéreuse et parfois les pressions de la dépendance font en sorte que le consommateur se
transforme en criminel.

Les textes qui composent ce numéro visent à mieux comprendre comment les conduites addictives peuvent mener vers différentes formes de criminalité. D’entrée de jeu, Ben Amar nous rappelle que les psychotropes agissent sur le système nerveux central provoquant des modifications des perceptions, de l’humeur, de la conscience et des comportements qui peuvent être associées à certaines activités criminelles. Le regard de Wegrzycka est plutôt attiré vers les joueurs, leurs carrières et les facteurs psychosociaux qui les conduisent éventuellement à la criminalité. Pour sa part, l’article de Vitaro et ses collègues met en rapport les trois éléments précédents et en analyse les liens avec les comportements délinquants. L’étude de Tremblay, Brunelle et Blanchette-Martin s’intéresse aux liens entre la consommation de substances psychoactives et les activités délictueuses chez des jeunes consultant en centre de réadaptation pour personnes alcooliques et toxicomanes. L’article de Plourde et ses collègues porte sur un élément peu connu des trajectoires addictives : les effets de périodes d’incarcération sur l’addiction. Enfin, parmi les conduites addictives que nous analysons dans ce numéro, une seule est illégale en soi: la possession de certaines substances psychoactives. Cette illégalité n’empêche toutefois pas une grande partie de la population d’en faire usage. Line Beauchesne s’oppose depuis longtemps au statut illégal de ces drogues. Dans son article, elle fournit des pistes de réflexion pour la mise en place d’une véritable politique en matière de drogues qui s’appuie sur les principes de promotion de la santé.

HORS THÈME
Louis-Georges Cournoyer et Jacques Dionne : Efficacité du programme de probation intensive du Centre jeunesse de Montréal-Institut universitaire : la récidive officielle
Marion Vacheret et Martine Milton : Peurs en milieu carcéral : quand sentiments et expériences diffèrent


Sous la direction de Serge Brochu

Retour

Attention - Votre version d'Internet Explorer est vieille de 17 ans et peut ne pas vous offrir une expérience optimale sur le site du CICC. Veuillez mettre à jour votre ordinateur pour une expérience optimale. Nous vous recommandons Firefox ou Chrome, ou encore ChromeFrame si vous êtes dans un environnement corporatif ou académique dans lequel vous ne pouvez pas mettre à jour Internet Explorer.