La délinquance, une vie choisie

Entre plaisir et crime

Dans nos sociétés modernes, un petit pourcentage de délinquants très actifs posent à la communauté dans laquelle ils vivent des problèmes qu'il serait inconséquent de sous-estimer. Les infractions commises par ces individus empoisonnent la vie des gens et servent de vecteur au sentiment d'insécurité général.

À Montréal, 5 % d'un échantillon représentatif d'adolescents se rendent coupables de 60 % des délits connus de la police commis dans cet échantillon ; de 50 % des infractions et de 65 % des crimes violents déclarés par les répondants. Ils étonnent les observateurs par la répétition apparemment compulsive des transgressions, par l’éternel retour en prison et par l’accumulation des conduites d’échec. Des misérables disait d’eux Victor Hugo ; des paumés dirions-nous aujourd’hui.

Qui sont donc ces criminels et qu’est-ce qui les motivent à déroger ainsi aux règles qui structurent la société? Pourquoi commettent-ils tant d'infractions ? Pourquoi n'ont-ils pas tendance à se spécialiser ? Pourquoi persistent-ils? Pourquoi sont-ils responsables de la majorité des crimes graves commis dans une société ? C’est ce à quoi tente de répondre l’auteur en analysant et en catégorisant la minorité d’individus qui s’engagent profondément dans la voie du crime et choisissent ce destin si peu enviable. En analysant ce Milieu si particulier, peut-être parviendrons-nous à mieux le cerner et à trouver des solutions concrètes pour l’abolir?

Visiter la page de Maurice Cusson

Maurice Cusson (2005), La délinquance, une vie choisie, entre plaisir et crime, Montréal : Hurtubise HMH.

Retour

Attention - Votre version d'Internet Explorer est vieille de 17 ans et peut ne pas vous offrir une expérience optimale sur le site du CICC. Veuillez mettre à jour votre ordinateur pour une expérience optimale. Nous vous recommandons Firefox ou Chrome, ou encore ChromeFrame si vous êtes dans un environnement corporatif ou académique dans lequel vous ne pouvez pas mettre à jour Internet Explorer.