Le délinquant idéal

Performance, discipline, solidarité

«Edwin Sutherland a inventé la fiction du délinquant idéal et caractérisé son comportement par la performance (les avantages qu’il retire de ses délits), la discipline (l’endurance face à l’épreuve pénale) et la solidarité à l’endroit des compagnons de route. La criminologie contemporaine examine les délinquants à travers les réactions défavorables qu’ils suscitent. La sociologie criminelle américaine des années 1940 et 1950 examinait la société à travers le regard que les délinquants portaient sur les réactions favorables à leurs comportements. La fiction du délinquant idéal était-elle inutile ? La criminologie a-t-elle gagné en maturité scientifique ou en probité intellectuelle en s’en débarrassant ? Je propose dans ce livre de répondre à ces questions.» P.T.


Pierre Tremblay (2010). Le délinquant idéal. Performance, discipline, solidarité. Montréal, Édition Liber.

Retour

Attention - Votre version d'Internet Explorer est vieille de 17 ans et peut ne pas vous offrir une expérience optimale sur le site du CICC. Veuillez mettre à jour votre ordinateur pour une expérience optimale. Nous vous recommandons Firefox ou Chrome, ou encore ChromeFrame si vous êtes dans un environnement corporatif ou académique dans lequel vous ne pouvez pas mettre à jour Internet Explorer.