Le principe de Locard est-il scientifique?

Ou analyse de la scientificité des principes fondamentaux de la criminalistique

Constatant que la jurisprudence américaine impose de questionner non plus seulement la méthodologie mais les principes mêmes qui gouvernent un corps de connaissance qualifié de scientifique, la criminalistique peut-elle prétendre à ce statut supérieur devant les tribunaux, ou doit-elle être considérée comme métaphysique sur la base de ses posits fondamentaux de Locard (principe d''échange de traces) et de Kirk (principe d''individualité)? Une analyse historique et philosophique apprécie la pertinence des épistémologies logiques à reconnaître une science, et les confrontent à ces principes fondamentaux des disciplines forensiques. L''analyse des résultats de quatre brigades de recherches départementales françaises de la gendarmerie (BRD), du Groupe des techniciens en investigations criminelles (GTIC) de la gendarmerie à Bordeaux et du service d''identité judiciaire vaudois (SIJ VD) permettent de constater la potentialité du principe d''échange de traces, et d''en proposer des voies de maximalisation, préalable à un questionnement pertinent sur la nature scientifique de ce principe par le critère de falsifiabilité poppérienne.

Visiter la page de Frank Crispino

Crispino F. (2010). Le principe de Locard est-il scientifique ? Ou analyse de la scientificité des principes fondamentaux de la criminalistique. Editions Universitaires Européennes N°523. ISBN 978-613-1-50482-2. www

Retour

Attention - Votre version d'Internet Explorer est vieille de 17 ans et peut ne pas vous offrir une expérience optimale sur le site du CICC. Veuillez mettre à jour votre ordinateur pour une expérience optimale. Nous vous recommandons Firefox ou Chrome, ou encore ChromeFrame si vous êtes dans un environnement corporatif ou académique dans lequel vous ne pouvez pas mettre à jour Internet Explorer.