Conférence

13 mai 2024 - de 13h00 à 16h30

La protection des victimes

Semaine des victimes et survivants d'actes criminels.

Évènement organisé par le Centre de justice pour les victimes d'actes criminels (CJVAC).
Lundi 13 mai 2024, de 13h00 à 16h30.
L'événement se déroule en présentiel  : UdeM – 3200 Jean-Brillant local B-4215 et en ligne (Zoom).

Inscription requise en présentielle

Inscription requise pour le Zoom

8370-1_logo_cjvac_coul_1.jpg (petite - 300 x 200 free)

Cet événement est financé par le Fonds d'aide aux victimes, un programme de subventions et de contributions administré par le ministère de la Justice du Canada.

ministere-de-la-justice.jpeg (grande - 640 x 480 free)


Lien vers la programmation

Résumé :

La Charte canadienne des droits des victimes (CCDV) reconnait l’importance de la protection des victimes d’actes criminels. Les victimes ont le droit d’être protégées contre les attaques visant leur sécurité et leur vie privée, contre les intimidations et contre les représailles. Il existe plusieurs mesures légales pour la protection des victimes (par exemple, les dispositions du Code criminel relatives aux aides au témoignage, l’interdiction de contacts et le bracelet électronique). Malgré ces moyens légaux, la protection demeure un enjeu de préoccupations pour les victimes, peu importe qu’elles aient ou non fait recours à la justice criminelle. Cet évènement permettra aux participants d’avoir une meilleure compréhension des collaborations et partenariats qui peuvent être mobilisés pour améliorer la protection des victimes d’actes criminels tant par le recours à des solutions juridiques que non-juridiques.


Horaire :  

  • 13h00 :  Mot d’ouverture – Amissi Manirabona, professeur, Faculté de droit, Université de Montréal

  • 13h15  Besoin de protection des victimes et difficultés rencontrées par les victimes qui contactent le Centre de justice pour les victimes (CJVAC) : Résultats de l'évaluation – Andreea Zota, superviseure clinique, Centre de justice pour les victimes d’actes criminels (CJVAC) 

  • 13h45 – PAUSE

  • 14h00 : Les mécanismes de protection juridique et leurs limites – Justine Fortin, avocate et directrice des services aux personnes victimes et survivantes, Juripop

  • 14h30 : Mécanismes et services de protection non juridiques – Maud Pontel, coordonnatrice générale, l’Alliance des maisons d’hébergement de 2e étape pour femmes et enfants victimes de violence conjugale (Alliance MH2)

  • 15h00 – PAUSE

  • 15h15 : Table ronde : Droit à la protection – animé par Alain-Guy Tachou Sipowo, professeur, École de criminologie, Université de Montréal

  • 16h00 : Mot de clôture – Jo-Anne Wemmers, professeure, École de criminologie, Université de Montréal

 

Notices biographiques :

marisa-canuto_um221115web-206_edited.jpg (grande - 640 x 480 free)

Amissi Manirabona, professeur,
Faculté de droit, Université de Montréal,
melchiade.manirabona@umontreal.ca 

Amissi M. Manirabona est professeur titulaire à la Faculté de droit de l’Université de Montréal où il enseigne des cours sur le droit pénal canadien, le droit pénal international et le droit des victimes d’actes criminels. Il est également co-fondateur du Centre de Justice pour les victimes d’actes criminels (CJVAC).

marisa-canuto_andreaa-zota.jpg (petite - 300 x 200 free)

Andreea Zota, Chargée de cours, UdeM,

Criminologue superviseure au CJVAC, UdeM 
andreea.ioana.zota@umontreal.ca  

Andreea Zota  est  diplômée d’un baccalauréat en criminologie profil intervention de l’Université de Montréal  et  membre de l’Ordre professionnel des criminologues du Québec.  Elle est  actuellement étudiante au doctorat  en criminologie  et supervise  les étudiants en criminologie au Centre de justice pour les victimes d’actes criminels (CJVAC) de l’Université de Montréal. 

marisa-canuto_justine-fortin-web-2-1.jpg (petite - 300 x 200 free)

Me Justice Fortin, Avocate,

Directrice des services aux personnes victimes et survivantes,
Juripop 

Justine Fortin est avocate et directrice des services aux personnes victimes et survivantes de violences chez Juripop. Le modèle spécialisé développé par son équipe a permis à Juripop plusieurs jugements phares en matière de violences conjugales en plus de contribuer à l’avancement de la doctrine sur la même question. 

marisa-canuto_maud-pontel-picture.jpg (petite - 300 x 200 free)
Maud Pontel,
Coordonnatrice générale,
Alliance des maisons d’hébergement de 2e  étape pour femmes et enfants victimes de violence conjugale 

À la suite d’une Licence en Science de l’éducation de l’Université Paris VIII, Maud Pontel immigre au Québec en 2001 pour poursuive ses études de Maîtrise en travail social à l’UQAM. Son parcours académique et professionnel l’ont amené à travailler avec le réseau des maisons d’hébergement pour femmes victimes de violence conjugale ainsi qu’avec plusieurs organismes œuvrant auprès des personnes immigrantes.  Elle a collaboré à plusieurs recherches et articles portant sur l’intervention auprès des femmes violentées et a formé de nombreux intervenant.e.s au cours des 20 dernières années. Elle coordonne à présent l’Alliance des maisons d’hébergement de 2e étape pour femmes et enfants victimes de violence conjugale qui œuvre au développement et au soutien des MH2 au Québec ainsi qu’au développement des connaissances et des approches d’intervention en violence conjugale postséparation. 

marisa-canuto_photo-sipowo.jpg (petite - 300 x 200 free)

Alain-Guy Sipowo, professeur, École de criminologie,
Université de Montréal,
alain-guy.tachou.sipowo@umontreal.ca 

Alain-Guy Sipowo est membre du Barreau du Québec, du CICC, du CJVAC et professeur adjoint à l’École de criminologie de l’Université de Montréal où il enseigne et mène des recherches sur la justice pénale et les droits des victimes d’actes criminels en droit canadien et international.

marisa-canuto_jaw-photo_edited.png (petite - 300 x 200 free)

Jo-Anne Wemmers, Professeure titulaire et chercheuse, UdeM,
jo-anne.m.wemmers@umontreal.ca 

Jo-Anne  Wemmers est professeure titulaire à l’École de criminologie de l’Université de Montréal  et  chercheure régulière au Centre international de criminologie comparée (CICC) où elle est responsable du groupe de recherche Victimes, droits et société.  Experte en victimologie, elle est  l’auteure d’environ une centaine de publications, dont le livre  Victimologie : une perspective canadienne.   

Événements

Attention - Votre version d'Internet Explorer est vieille de 19 ans et peut ne pas vous offrir une expérience optimale sur le site du CICC. Veuillez mettre à jour votre ordinateur pour une expérience optimale. Nous vous recommandons Firefox ou Chrome, ou encore ChromeFrame si vous êtes dans un environnement corporatif ou académique dans lequel vous ne pouvez pas mettre à jour Internet Explorer.